Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

Immobilier/Mai 2016 : les intempéries ont douché le volume des transactions, mais pas les prix !

Manque de carburant, grèves à répétitions, intempéries... Rien de bien favorable au marché de l’immobilier, comme au reste de l’économie. Si les transactions immobilières sont en baisse, les prix restent orientés à hausse, hormis en banlieue parisienne.

Publié le  à 0 h 0

Le baromètre des prix MeilleursAgents confirme la tendance atone du marché de l’immobilier. Après une forte reprise au début d’année, les grèves et les intempéries ont donné un coup d’arrêt aux transactions. Les annonces de vente de bien sont en baisse, la période n’étant pas jugée favorable, à juste titre.

 Au mois de mai, tu ne fais pas ce qu’il te plaît !

Tout dernièrement, en mai, ce sont les mouvements sociaux un peu partout en France, les grèves, blocages et autres pénuries de carburant, qui ont impacté négativement l’activité, en particulier les visites d’acheteurs.

 La météo des taux des crédits immobiliers est, elle, au beau fixe !

"Même la météo semble s’être mise au diapason en nous infligeant le mois de mai le plus pluvieux depuis 130 ans. Mais ces difficultés devraient s’estomper et permettre au marché de retrouver la dynamique positive des derniers mois, notamment sous l’effet de la baisse des

taux. Les taux moyens à 20 ans étaient de 2,5% au 1er janvier 2016. Ils sont aujourd’hui de 1,9% soit 4,8% d’augmentation du pouvoir d’achat en cinq mois, c’est considérable. De quoi encourager les acheteurs solvables" explique Sébastien de Lafond, expert immobilier.

2Evolution des prix au mois de mai2

Immobilier/Mai 2016 : les intempéries ont douché le volume des transactions, mais pas les prix !

Au mois de mai, les prix de l’immobilier ancien ont fortement progressé à Paris : +0,8% soit +1,9% depuis le début de l’année. Cette hausse est particulièrement sensible sur les grandes surfaces (3 pièces et plus) dont les prix progressent de +1,0% en mai et de 2,1% depuis le début de l’année. Les familles cherchent traditionnellement à acheter au printemps ou au début de l’été afin de s’installer avant la rentrée scolaire.

Les petites surfaces ne sont pas en reste même si elles souffrent du manque d’investisseurs pour les raisons liées à la fiscalité et à l’encadrement des loyers que nous connaissons. Les prix des studios et deux-pièces ont augmenté de +0,7% au mois de mai soit +1,7% depuis le 1er janvier.

En banlieue, la situation est tout autre et les prix sont restés stables en mai à l’exception notable de la Seine-et-Marne dont les prix ont baissé de -0,5% sur ce seul mois (-1,8% depuis le début de l’année).

A l’exception notoire de Nantes (-0,2%) et de Strasbourg (-0,6%). La situation est donc très contrastée entre Strasbourg où les prix ont baissé de -2,2% depuis le début de l’année et Bordeaux qui, au contraire, voit ses prix fortement augmenter de +2,3%. Cet écart de 4,5% entre deux grandes villes démontre les différences de dynamisme et d’attractivité des grandes villes françaises.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Immobilier/Mai 2016 : les Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Immobilier/Mai 2016 : les intempéries ont... : à lire également

Actualités

La crise immobilière n’est pas terminée

Le marché de l’immobilier frémit à peine, ce n’est pas la fin de la crise. La première baisse des taux significative attendue à partir de juin, prochain n’y changera rien.

Immobilier/Mai 2016 : les intempéries ont... : Mots-clés relatifs à l'article