Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

En Ile-de-France depuis la crise, un jeune sur deux reste vivre chez ses parents

Depuis la criseéconomique de 2008, les jeunes d’Ile-de-France, en particulier les plus modestes, quittent plus tardivement le logement parental et un sur deux vit encore chez ses parents après 25 ans, selon une étude publiée mercredi.

Publié le  à 0 h 0

2En Ile-de-France depuis la crise, un jeune sur deux reste vivre chez ses parents2

"Les jeunes franciliens peinent à quitter le logement de leurs parents" depuis une crise qui a "davantage freiné l’indépendance résidentielle des jeunes les moins aisés", relève l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France dans cette étude .

Un Francilien sur deux âgé de 20 à 29 ans, parmi ceux qui sont nés dans larégion, habite encore chez ses parents après 25 ans, selon cette analyse, qui exploite les données des recensements et de l’enquête famille et logements réalisés par l’Insee.

Après être restée stable entre 1999 et 2006, cette "décohabitation" est devenue plus tardive (5 mois de plus, à 24 ans et 9 mois en moyenne) entre 2006 et 2011 en Ile-de-France. En province en revanche, elle est plus précoce, aux alentours de 22 ans, soit un an plus tôt qu’en 1999, pour les jeunes résidant dans leur région de naissance.

Sans surprise, ce sont les étudiants et les chômeurs de 20 à 29 ans qui habitent le plus souvent chez leurs parents : 76 % des premiers et 62% des seconds, contre 39% parmi les actifs en emploi.

Si la situation est restée stable de 1999 à 2011 pour les étudiants, en revanche la proportion de chômeurs restés au domicile familial a bondi de 10 points sur la période, et celle des actifs en emploi, de 6 points.

En 2011, un tiers des familles d’Ile-de-France hébergeaient un jeune majeur, soit 621.000 familles.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article En Ile-de-France depuis (...) Publiez votre commentaire ou posez votre question...

En Ile-de-France depuis la crise, un jeune sur... : à lire également

Actualités

La crise immobilière n’est pas terminée

Le marché de l’immobilier frémit à peine, ce n’est pas la fin de la crise. La première baisse des taux significative attendue à partir de juin, prochain n’y changera rien.

En Ile-de-France depuis la crise, un jeune sur... : Mots-clés relatifs à l'article